Un entretien avec le comédien/ metteur en scène libanais Rabhia Mroué à Beyrouth, réalisé par Sylvie Gasteau dans le cadre de notre projet « L’inouîe ». Il commence par y lire un de ses textes.

Biographie succincte Rhabia Mroué (source Evene)

Après avoir étudié le théâtre à l’université libanaise de Beyrouth, Rhabia Mroué met en scène ses propres pièces à partir de 1990. Ses dispositifs scéniques se situent au confluent de la performance et du théâtre, sont souvent en prise directe avec la réalité économique et politique de son pays, évoquent ses meurtrissures et ses guerres fratricides, et prennent souvent l’apparence de quasi-documentaires mêlant fiction et réalité.

Ainsi, dans ‘Make me Stop Smocking‘, vidéos, photos, coupures de journaux et témoignages créent un système complexe de narration grâce auquel l’artiste tente de recomposer les paysages libanais détruits lors des conflits et des guerres. Un autre des grands thèmes communs à tous ses travaux est la manière dont on peut représenter le corps au théâtre.

Parmi ses créations, qu’il présente en Europe, à Beyrouth, Tunis, Amman ou au,Caire figurent ‘L’ Abat-jour‘ (1990), ‘La Prison de sable‘ (1995), ‘Three Posters‘ (2000), ou encore ‘Biokhraphia‘ (2002 et 2008) et ‘L’ Homme d’hier‘ (2008), en collaboration avec Tiogo Rodrigues et Tony Chakar. En tant qu’acteur, Rabih Mroué a joué au cinéma dans ‘Beyrouth fantôme‘ (1998) de Ghassan Salhab, ‘A Perfect Day‘ (2005) ou ‘Je veux voir‘ de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige (2007) entre autres…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s