En 2012, cela fera donc pile 30 ans que le Hip-hop est arrivé en France avec le New York City Rap Tour de 1982. Dix ans avant, il naissait officiellement dans le Bronx avec la création de l’Universal Zulu Nation. Elle préconisait de canaliser la violence par des pratiques artistiques, et l’on vit apparaître le rap, le graffiti, le dejaying et la break danse. Ces formes d’expressions, les quatre piliers de la culture hip-hop nous les avons réunis pour le festival V.I.F.

                             Photo du Spectacle « Bionicologist » d’Ezra et Loos

L’objectif revendiqué du festival est de développer des rencontres, du partage et de l’échange et non pas de se limiter à construire une programmation si intéressante soit elle. Ainsi ce que vous pourrez voir et entendre du 10 au 21 janvier sera la partie émergée de cinq mois d’action. En effet depuis septembre 2011, des artistes hip-hop à la reconnaissance internationale mènent ateliers, master-class, et collaborations avec des amateurs ou artistes mantais. Pour cela nous avons fait appel à des artistes très perméables au contexte social et aux autres formes de cultures artistiques, car c’est grâce à eux que le mouvement Hip-Hop reste sans cesse en mouvement et en constante évolution et ne se réduit pas à des codes figés pour la diffusion commerciale de masse et le besoin identitaire.

 Photo de l’atelier Rap mené par Khondo et Mike Ladd avec 10 groupes du Val Fourré et des Merisiers à Mantes

Nous avons tissé des partenariats avec des structures locales : le Chaplin, l’Escale, le service jeunesse de Mantes-la-jolie, et des collaborations avec des associations artistiques du territoire Kolor 78, Mauridanse, Authentik 78, Diams music, ou des artistes du cru. Cette ancrage territorial affiché c’est aussi une des spécificités de la culture hip-hop .

                                         Essely d’Union HP pour une rencontre inédite sur scène avec Mike Ladd et Juyce Aleem

Concerts, spectacles, mais aussi rendez-vous publiques d’improvisations, des rencontres inédites entres artistes et participants des ateliers, des croisements de disciplines, retrouver le charme de ce qui s’invente là sous nos yeux, « ici et maintenant », sur le VIF.

                                   Alfreda avec Black Blanc Beur dans « Chroniques du périmètre » au Collectif 12

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s